Return to site

Grand Angle : la permaculture humaine, pour un monde meilleur

· La vie participative,Le Mag'

Quand on entend le mot “permaculture”, on pense la plupart du temps au côté agricole, au fait de cultiver son jardin. La permaculture est bien plus que cela. C’est une démarche, une philosophie dont le but est de recréer des groupes humains en équilibre en s’inspirant de la nature. En somme, concevoir des cultures, des lieux de vie autosuffisants et respectueux de l’environnement et des êtres vivants grâce à l’éthique et au bon sens. Selon le site http://permaculture-humaine.fr, la permaculture humaine c’est : “Ensemble d’outils et d’attitudes à cultiver et qui soutiennent le développement de communautés pour que les organisations humaines puissent être autonomes, matures et résilientes”. Décryptage.

Les siècles passent et ne se ressemblent pas. Le 20ème siècle a fait face à la révolution industrielle et à des événements historiques qui ont marqué profondément l’histoire des êtres humains. Quant au 21ème siècle, nous faisons face à de nouveaux défis comme celui de nourrir une population qui tend à s’étendre chaque jour un peu plus avec une planète aux ressources déclinantes… en passant par la surconsommation et durant laquelle nous vivons une révolution technologique.

Les défis du nouveau siècle

Dans ce contexte de sociétés modernes où l’individualisme est roi, les conflits ne cessent de se développer… Il suffit d’allumer la télévision et de voir qu’il ne se passe un jour sans conflit, sans débat (souvent inutile), sans égo, sans morts, sans blessés…

Néanmoins, malgré cette ambiance anxiogène, il y a de plus en plus de prises de conscience sur la protection de l’environnement, sur la compréhension du monde et sur l’importance du collectif.

La permaculture humaine, c’est comment prendre soin de soi d’abord pour être aligné avec qui nous sommes et nos valeurs pour ensuite apporter au collectif cette même bienveillance. C’est ce que disait Nelson Mandela : “En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant.”

Au delà du comportement humain, c’est également répondre à la question écologique primordiale de notre tout jeune siècle et comment mettre en adéquation les modes de vie modernes avec les ressources disponibles sur la planète.

Anticiper pour simplifier les relations humaines

 

La résolution des conflits est au coeur de la permaculture humaine, qui n’est pas quelque chose de linéaire mais plutôt un cercle, c’est à dire des cycles. Par exemple, quand je m’occupe de mon jardin, je prévois l’arrivée des pucerons et les problèmes que cela peut générer, je vais donc planter des capucines et des fèves pour faire venir les coccinelles et ainsi, elles mangeront les pucerons. Problème résolu. C’est simple, car je l’aurais anticipé !

 

Avec les conflits entre humains, c’est exactement la même chose. En anticipant le conflit en amont et en se formant aux outils adaptés à la résolution de conflits (nous vous préparons un article sur les outils existants), on trouve facilement une solution dans la boîte à outils pour que le conflit soit résolu rapidement. Ainsi, les relations humaines sont simplifiées et permettent de faire disparaître la charge mentale que peuvent être les conflits.

Aller à l’essentiel = minimalisme ?

L’art d’aller à l’essentiel, c’est n’est pas seulement de posséder 30 vêtements dans sa penderie pour toute l’année, ce n’est pas non plus vivre dans une tiny house avec le moins d’affaires possible.

L’art d’aller à l’essentiel, c’est aussi simplifier les process que nous avons tant complexifié au fil des années pour retrouver l’essentiel, se retrouver soi pour un monde plus simple.

Pourtant, c’est encore loin d’être le cas… En France, il existe 400 000 normes… pour certaines particulièrement absurdes comme l’interdiction aux jeunes de 16 à 18 ans de monter sur un escabeau pour récolter des fruits (des milliers d’emplois saisonniers sont menacés) ou encore les circulaires qui exigent que les restes des réceptions officielles soient jetés à la poubelle et recouverts de détergents pour être impropres à la consommation…

Des normes pour complexifier encore plus la vie…

Quand le conflit s’enlise...

Dans le monde de l’entreprise, notamment dans les grands groupes, nombreux sont ceux qui sont atteints de la réunionite aiguë. Au sein de ces réunions, des histoires d’égo, des conflits entre les participants, à celui qui veut toujours avoir raison, celui qui veut tirer la couverture à soi… Bref, une perte de temps souvent inutile. En sus, cela joue aussi sur le moral des troupes quand l’ambiance est morose…

 

Le système hiérarchique tel qu’on le connaît aujourd’hui n’est plus aidant, bien au contraire. Comment retrouver une forme de travail plus horizontale, où chacun aurait son mot à dire, ses compétences et ses talents mis au service du même projet, vers le même objectif ?

Parfois, le conflit éclate, pour un rien. “C’est la goutte qui fait déborder le vase”... Que s’est-il passé avant pour arriver à un tel conflit ? Quels sont finalement les problèmes sous-jacents ?

 

N’avez-vous jamais retenu des choses en vous au lieu de les communiquer à votre patron, à votre collègue, à votre compagnon, votre famille..., et un jour, pour un simple mot mal prononcé, vous sortez de vos gonds…

A travers la permaculture humaine, le but est encore une fois d’anticiper. Un problème ? Un conflit ? Un mal-être ? Communiquez au lieu d’accumuler encore et encore !

C’est comme un enfant à qui on donne un médicament parce qu’il pleure en allant à l’école, alors que le fond du problème, c’est juste qu’il a une peur bleue… Ou les personnes dépressives qui vivent durant des années entières avec des antidépresseurs alors que le fond du problème est ailleurs et qu’il n’est toujours pas résolu.

Pour retrouver l’harmonie dans un groupe, il n’y a pas d’autre choix que d’aller à la source du problème.

La permaculture humaine dans l’habitat participatif

Choisir le vivre-ensemble, c’est choisir ses voisins, c’est un projet de vie qui ne se prend pas sur un coup de tête.

Chez Ôfildesvoisins, nous utilisons la permaculture sociale pour accompagner les personnes à interagir avec les autres et à définir la charte de vie commune ainsi que la formation aux outils de la vie collective à utiliser en cas de conflit.

En bref, c’est de définir un objectif et une vision commune à l’ensemble des voisins dans la collaboration, dans le vivre-ensemble.

Une fois que tout cela est charté, il n’est plus nécessaire de se repencher dessus. Si une nouvelle personne entre dans le groupe, tout est à disposition pour que tout se passe au mieux et surtout pour aller à l’essentiel.

C’est un cycle qui est naturel comme la biodiversité, les nouvelles personnes sont ainsi intégrées de manière naturelle au sein du collectif. Il n’y a plus à refaire quoique ce soit.

En adoptant ce style de gouvernance, les êtres humains se dirigent vers une vie simplifiée et plus épanouissante, tout en respectant Dame Nature.

L’art d’aller à l’essentiel…

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK