Return to site

L'Edito de Siham : Allons à l'essentiel

· La vie participative,Edito,Vivre ensemble,Permaculture

Si je vous dit minimalisme, à quoi pensez-vous ? A cette mode du rangement à la Marie Kondo et les reportages sur Netflix prônant le minimalisme à l’excès, à savoir vivre avec l’essentiel dans un seul sac ?

Justement, Marie Kondo et la philosophie japonaise prônent quelque chose de bien plus profond que “je débarrasse, je fais du tri, je jette”. L’entretien de votre intérieur affecte tous les aspects de votre vie. C’est en faisant du tri chez soi que nous nous sentons mieux et épanoui à l’intérieur de nous.

C’est littéralement associé au sujet que j’étudie depuis de nombreuses années : la permaculture humaine. Sujet plus que passionnant et prenant. Je vous laisse le soin de découvrir plus en détails le sujet de la permaculture humaine dans le prochain article Grand Angle qui lui est dédié ce mois-ci (ce sera dans la newsletter de la semaine prochaine !).

C’est un concept qui permet de fluidifier les relations humaines dans tous les sens du terme, en somme aller à l’essentiel. Ensemble, les uns et les autres et non pas contre. C’est prôner le collectif pour un monde meilleur. L’Homme étant un animal social, il n’est donc pas fait pour vivre seul, mais avec les autres… Ne vaut-il mieux pas dans ce cas que ses relations soient les plus sereines possibles ?

Au lieu de remettre l’humain au coeur des process, certains modèles préfèrent limiter le champ d’action humain en le remplaçant par l’intelligence artificielle.

D’ailleurs, le plus gros risque en entreprise, c’est l’humain. Ahhh l’être émotionnel… Pas toujours évident à gérer ! C’est ce qu’on essaie de faire par exemple avec la voiture autonome. Selon les estimations de l’OMS, 93% des collisions entre véhicules sont causés par des erreurs humaines. Encore ce PFH*… L’humain n’est donc pas fiable, donc l’idée du prochain siècle serait-il de supprimer les décisions humaines ? Va-t-on remplacer l’humain par des robots ?

C’est certes une cause très noble de réduire les accidents de la route… mais que va-t-on faire des êtres humains ?

Il est vrai que depuis l’arrivée des nouvelles technologies, on tend à désapprendre la prise de décision à l’Homme la prise de décision. Chocolat ou Vanille ? Ahhhh trop difficile ! On lui désapprend également l’esprit critique.

Rien n’est perdu bien au contraire. De nombreuses personnes portent une nouvelle voix(e) de manière engagée. C’est ce que devrait empêcher la permaculture humaine, si nous faisions en sorte, tous ensemble de nous donner la main et construire un monde meilleur.

Utopique ? Pourquoi pas. Je crois que l’impossible peut devenir possible. Ce n’est qu’une question de croyances.

Chez Ôfildesvoisins, nous prônons ce monde meilleur et c’est bien pour cette raison que nous accompagnons nos clients non pas à seulement trouver et intégrer un projet d’habitat participatif mais à d’abord apprendre à se connaître soi, ses valeurs, ses envies et ses besoins pour trouver le groupe qui leur corresponde parfaitement. Notre objectif : créer des groupes heureux où l’entraide, le bien-être et le partage, valeurs que nous partageons sont au coeur du projet.

C’est ce que prône la philosophie “Ubuntu” : je ne peux pas être heureuse si mon voisin est malheureux. Le bonheur est dans le collectif, on est heureux ensemble mais pas l’un sans l’autre.

J’adore notre monde et de toute manière, on ne peut pas le changer alors autant l’apprivoiser… Je ne vis pas non plus telle une Candide, je reste consciente de tout ce qui se passe autour.

D’ailleurs, cela me rappelle une anecdote : il y a plus de 12 ans, j’ai été diplômée d’un Master en Management de la Qualité et j’ai eu l’occasion de travailler aux Etats-Unis et en France. J’ai pu découvrir des modes de fonctionnement totalement différents; j’ai participé à toutes sortes de CoDir* et en fonction des participants, les résultats étaient totalement différents. Quand le management prônait la bienveillance et le collectif, les résultats étaient extraordinaires. A contrario, quand la concurrence était présente, que chacun voulait s’imposer… les conflits arrivaient et devenaient interminables. Pourtant, le but d’une entreprise n’est-il pas d’avancer dans le même sens ? De travailler ensemble pour contribuer au développement de la société ? Si seulement…

La conclusion de mon mémoire allait dans le sens de l’amélioration continue et de la culture de la pérennité des actions. Ce qui avait fortement déplu à mon maître de stage… qui a refusé de me noter ! L’époque où les process florissaient partout… Cette philosophie était toute nouvelle à l’époque par rapport à aujourd’hui, il était tabou d’en parler…

Dans la même veine, j’ai récemment assisté à une réunion parents/professeurs au sein de l’école de ma fille où son professeur de sport a tenu un discours que j’ai particulièrement apprécié : “Le sport, ce n’est pas de la compétition, c’est accompagner sur des compétences et non pas mettre face à face”. Apprendre l’importance du collectif dès le plus jeune, notamment dans ce qui est habituellement de la compétition, en voilà une belle philosophie de vie.

Sauf que… ma fille est bel et bien une compétitrice dans l’âme, je ne peux lui retirer cela. Elle adore les challenges et fait toujours en sorte de gagner.

Or, le soir en rentrant de l’école, elle me rapporte son cours de sport “Maman, si je suis avec quelqu’un de moins bon que moins, ma note va baisser. Il est hors de question que j’aille avec les moins bons”. En effet, comment prôner le collectif si les notes sont individuelles ? Je lui ai expliqué l'intérêt du collectif, elle connaît mon engagement et mon travail. Mais à cet âge-là difficile de faire passer le message quand l'école fait tout le contraire !

S’il avait été courageux, il aurait pousser le concept jusqu’au bout en mettant une note collective, pour créer l’ensemble… Dans ce cas-là, ce sont plutôt des sentiments de frustration et d’injustice qui apparaissent… et donc des conflits ! Le serpent qui se mord la queue…

Simplifions les choses pour se changer soi puis changer le monde. L’homme est capable du pire… mais il est surtout capable du meilleur !

*CoDir : comité de direction

* PFH: Putain de facteur humain

Ps : pas d'inquiétude, j'ai bien été noté pour ma soutenance et obtenu mon Master :)

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK