Return to site

Les 3 qualités essentielles du parfait co-habitant

En matière d’habitat participatif, le sujet des valeurs à partager est souvent abordé.

· La vie participative

En matière d’habitat participatif, le sujet des valeurs à partager est souvent abordé. On évoque l’écologie, la mixité sociale, l’aspect inter-générationnel. Il est en revanche rarement question des qualités nécessaires pour mettre à profit (et non avoir à supporter !) le rapprochement entre voisins, intrinsèque à un programme de co-habitat.

Siham Laux, la co-fondatrice d’Ôfildesvoisins est au contact quotidien de futurs voisins. Elle a détecté pour nous, les trois qualités essentielles du parfait co-habitant. Si vous disposez de ces trois traits de caractère, l’habitat participatif est sans doute fait pour vous !

1- La patience

La patience est une qualité dont doit faire preuve quiconque a choisi de se lancer dans la construction. Cela est encore plus vrai dans le cadre de l’habitat participatif même si l’accompagnement Ôfildesvoisins permet de gagner du temps dans les différentes étapes du projet. Il faudra en effet, ajouter les délais de prise de décisions en commun au processus de construction habituel.

« Nous encourageons les voisins à se mettre d’accord via une prise de décision consensuelle, l’idée n’est pas de s’opposer sans argumenter son choix mais bien de communiquer sur les points bloquants. Ce fonctionnement est beaucoup plus satisfaisant pour la communauté mais peut rendre la prise de décision plus longue », explique Siham.

L’adage « Patience et longueur de temps valent mieux que force ni que rage » a encore de beaux jours devant lui.

2- L’envie de faire avec

Par définition, dans le co-habitat, il est essentiel d’avoir envie de faire « avec ». Avec ses voisins. Avec les habitants du quartier pour lesquels la salle commune est souvent ouverte. Avec bonne volonté. Avec ses moyens et ses compétences. Le « vivre ensemble » n’a jamais aussi bien porté son nom que dans les programmes d’habitat participatif.

« La raison qui motive le plus les adeptes de l’habitat participatif à rejoindre un programme est qu’ils n’ont pas envie d’être isolés. Mais attention, faire avec ses voisins ne signifie pas vivre avec ses voisins. Chaque foyer garde son intimité en se sachant bien entouré si besoin. », souligne la co-fondatrice d’Ôfildesvoisins.

3- La capacité à mettre son égo de coté

Les fondements de l’habitat participatif sont le partage et le dialogue. Impossible d’y adhérer si l’on est dans le jugement plus que dans l’écoute.

Le mode de fonctionnement participatif doit rester quelque chose de positif. « C’est en apprenant à se dire que ce n’est pas parce qu’on a raison que l’autre a forcément tort que l’on peut avancer ensemble », assure Siham mais pour cela, il semble essentiel d’être prêt à se remettre en question ».

Dans cette optique, la lente gestation d’un programme d’habitat participatif a l’avantage de permettre aux futurs voisins d’être sûrs d’eux, et prêts à s’engager avec les autres. « Il peut y avoir des départs en cours de route dans un projet de co-habitat » confirme Siham Laux. Et de plaisanter « Parfois, lorsque je présente le concept d’habitat participatif, j’entends souvent la phrase « C’est une super idée, mais moi, je ne pourrais jamais ». Là encore, ce n’est peut-être qu’une question de temps !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK