Return to site

Habitat participatif : avant de se lancer

· Habitat participatif,La vie participative,Boite à outils

Comme dans l’habitat participatif

Et si en attendant de concrétiser le projet d’habitat participatif de vos rêves, vous faisiez comme si vous viviez déjà en habitat participatif ?

Prenez quelques secondes pour penser à ce qui vous attire dans l’habitat participatif. Il y a de grandes chances que ce soit avant tout, ses valeurs fortes : le partage, la solidarité, la convivialité. Mais quel dommage d’attendre des années (pour rappel, le délai de concrétisation d’un projet d’habitat participatif dépasse largement celui d’un projet de construction classique qui est de 9 mois) pour apprécier enfin les bienfaits du vivre ensemble.

Et pourquoi ne pas vous rapprocher de vos voisins dès maintenant ? C’est ce qu’a fait Siham Laux, la co-fondatrice d’Ô fil des voisins peu après son déménagement. En suivant ses conseils, vous allez voir qu’il suffit d’un premier petit pas pour en finir avec l’individualisme et l’anonymat qui vont trop souvent de pair avec la routine « métro-boulot-dodo ».

  • Un petit pas après l’autre

Plus la tache semble énorme, plus l’on sera tenté par l’inaction. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à commencer par faire des petits pas en direction de ses voisins. Evidemment, on applique les règles de politesse de base, on leur dit bonjour lorsqu’on les croise, on leur tient la porte, on leur sourit. Et puis, on leur propose de les aider si on les voit trop chargés. Puis à force de petits rapprochements, on finit par les inviter à boire l’apéro pour faire un peu plus connaissance. Vous verrez, qu’on supporte beaucoup mieux les aboiements du chien d’à côté lorsqu’on le connaît par son petit nom et qu’on hésite un peu plus à jouer de la perceuse entre midi et deux quand on a partagé un moment sympathique avec nos voisins.

  • Constituer un groupe

Vous avez réussi à constituer un petit noyau de voisins sympas avec lesquels vous avez des points communs, vos enfants sont dans la même classe, vous avez presque le même âge. En tant que groupe, vous allez pouvoir aller plus loin et lancer des initiatives communes. Vous pouvez même trouver un nom à votre collectif. « Les voisins du 46 » n’ont plus qu’à s’organiser !

  • Organiser une rencontre

Attendre la fête des voisins pour rencontrer ses voisins, c’est comme attendre la St Valentin pour offrir un cadeau à sa moitié ! Avec votre petit noyau dur, décidez d’une date et lancez-vous. C’est bien de vouloir se rapprocher de ses voisins, c’est encore mieux de le faire savoir. N’hésitez pas à ajouter un brin de marketing à cette rencontre en lui trouvant un titre "Rencontre conviviale pour mieux vivre ensemble", par exemple. Mettez des tracts dans les boîtes aux lettres, des affiches dans le hall. Si vous vivez en copropriété, assurez-vous du soutien des bénévoles en lien avec le syndic qui de fait, connaîtront plus de monde à rallier à votre cause. Cette première rencontre vous permettra de sonder le terrain (et vos voisins). Jusqu’où seraient-ils prêts à aller pour un habitat plus participatif ?

  • Idées d’initiatives pour un voisinage solidaire

A vous de leur proposer des initiatives en adéquation avec votre lieu de vie.

Il peut s’agir de dîners à thème réguliers ou occasionnels, de la mise en commun (prêt) d’outils de jardinage ou de bricolage voire des compétences de chacun (donne cours de maths versus tonte de haies).

Pour plus d’idées, vous pouvez consulter une liste des 100 gestes de solidarité entre voisins sur le site Voisins solidaires et même y trouver des kits pour faciliter la communication entre voisins selon des thèmes comme l’intergénérationnel, l’écologie ou les risques d’inondations. Il est même possible de personnaliser son propre kit.

  • Utiliser les outils « sociaux »

La première rencontre pourra également être l’occasion de définir vos moyens de communication pour rendre les échanges entre voisins plus fluides. Un groupe privé « voisins » sur Facebook ? Un lien doodle pour trouver une date ? On vous recommande cependant d’éviter le groupe Whatsapp qui peut s’avérer véritablement intrusif et générer au contraire un certain « ras le bol ».

Nul ne sait si le résultat sera à la hauteur de vos attentes. Au final, vous pourrez vous féliciter d’avoir essayé de mettre un peu plus de convivialité dans vos échanges avec vos voisins. Mais sachez que parfois, les résultats vont au-delà de nos espérances. Siham et ses voisins ont fini par créer une association qui organise régulièrement des événements conviviaux, comme Halloween devenu incontournable dans le quartier !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK